3 films danois à découvrir

Bonjour tout le monde !

Je vous retrouve avec le premier article d’un rendez-vous que j’aimerais développer ici dans les prochains mois. Faire des articles autour d’un thème c’est vraiment ce qui m’attirait en créant le blog  mais j’avais laissé l’idée de côté faute de temps. Il y a un an je vous avez parlé de ma volonté de faire un  tour du monde du cinéma pour découvrir plus de réalisateurs qui ne soient pas américains, français ou britanniques mais je ne vous avez pas vraiment donné de nouvelles depuis.

J’adore découvrir d’autres pays à travers leur littérature ou leur cinéma c’est pourquoi ce premier rendez-vous sera consacré au cinéma danois et à 3 films qui valent le détour.

Pourquoi le cinéma danois ? 

Résultat d’images pour danemarkDéjà pour une raison toute simple : j’ai vu récemment un film danois qui m’a beaucoup plu et dont je souhaitais vous parler avant qu’il ne soit plus au cinéma. Mais aussi parce que, dès que j’exclue les réalisateurs des nationalités citées précédemment, il y a peu de pays dont j’ai un assez grand bagage cinématographique pour sélectionner des films qui me plaisent vraiment. Au delà de ça, j’aime beaucoup le cinéma danois pour la finesse de ses interprétations et la qualité de ses réalisations qui sont souvent efficaces tout en étant joliment sobres. Parmi les films que j’ai vus je remarque un soucis des personnages, une étude des comportements et des ressentis humains qui est souvent au centre du propos et que j’apprécie particulièrement.

En tant que réalisateur danois on pense évidement à  Nicolas Winding Refn et Lars Von Tier. J’adore le premier, je connais peu le second mais aucun des deux ne sont présents ici. C’est simplement parce qu’ils ont une notoriété internationale et je n’ai vu que leurs productions américaines : je tenais à vous présenter des films plus « locaux ». Par contre je n’ai pas pu m’empêcher de mettre deux films avec Mads Mikkelsen qui a été ma porte d’entrée vers ce cinéma venu du Nord !

Lire la suite

Parlons ciné : Chez nous

341939Titre : Chez nous

Réalisateur :Lucas Belvaux

Genre : Drame

Nationalité : Française

Pauline est infirmière à domicile dans une petite ville ouvrière du nord de la France. Grâce à son métier elle est à l’écoute des habitants et va se voir proposer par un ami de se présenter aux élections municipales sur la liste du Rassemblement National Populaire. D’abord rebutée par la ligne du partie, elle finit par se laisser tenter en espérant pouvoir enfin faire changer les choses.

Si un ami ne m’avait pas amenée voir ce film je n’en aurais peut être jamais entendu parler : les remous médiatiques qu’il a entrainé n’étant pas arrivés à mes oreilles. Le Front national s’est offusqué de cette propagande visant à les « descendre » juste avant l’élection présidentielle. En effet si le film sort si proche du vote ce n’est sûrement pas un hasard et les noms d’Agnès Dorgelle et d’Hénard dissimulent à peine ceux de Marine Le Pen et d’Hénin-Beaumont. C’est bien en colère que je suis sortie de la salle, mais peut être pas pour les raisons espérées par le réalisateur…

Mais à quel moment on se dit que pour dénoncer un parti qui joue sur les stéréotypes c’est une bonne idée de faire un film bourré de stéréotypes ?? Ça aurait pu être un procédé de dénonciation s’il avait été savamment utilisé mais là non, clairement non.

Chez Nous : Photo Guillaume GouixC’est simple, pour représenter les électeurs du Front National on a voulu représenter la France profonde, la France ouvrière oubliée de tous et surtout des « élites qui nous manipulent ». Soit, c’est limité, mais pourquoi pas. Le problème est plus dans le portrait qui en est fait. Qu’est-ce qu’elle fait de ses journée la France profonde ? Elle chante les chansons de Patrick Sébastien, elle va sur des sites conspirationnistes où on lui explique que le gouvernement nous cache des choses, et quand elle allume la télé ou la radio – surprise ! – elle tombe systématique sur Eric Zemmour. Et bien-sûr, puisqu’on parle d’un parti d’extrême droite, on va mettre une bande de skinheads psychopathes pour se mettre dans l’ambiance. Les clichés s’enchainent avec tellement de conviction que j’ai d’abord cru que c’était une blague.

Lire la suite

Parlons ciné : Lumière ! L’aventure commence

Lumière ! L’aventure commence : AfficheTitre : Lumière ! L’aventure commence

Réalisateur : Thierry Frémaux

Genre : Documentaire

Nationalité : Française

Consigne du Challenge 2017 : Voir un documentaire

J’avoue que ce n’est peut être pas un film que je serais allée voir s’il n’avait pas eu autant de succès… Encore une fois je n’ai pas regretté d’avoir écouté les critiques. Lumières nous présente une centaines de film parmi les premiers de l’histoire du cinéma alors que ceux-ci ne faisaient à l’époque que 50 secondes. Accompagné d’un commentaire qui nous explique soit le contexte soit la mise en scène.

Lire la suite

Parlons ciné : Premier contact

Premier Contact : AfficheTitre : Premier contact

Réalisateur : Denis Villeneuve

Genre : Science-fiction

Nationalité : Américaine

Un beau jour, des vaisseaux extraterrestres débarquent (sans prévenir, sinon c’est pas drôle) et se plantent un peu partout sur la planète. Pour rentrer en contact avec eux l’armée américaine fait appel à Louise Banks une linguiste surdouée qui va devoir apprendre leur langue pour essayer de comprendre la raison de leur présence.

Je ne suis pas du tout une grande fan de science-fiction mais ce film qui a eu énormément de succès m’intriguais et j’ai profité d’une séance de rattrapage dans mon cinéma chéri pour aller le voir.  Je ne l’ai absolument pas regretté et Denis Villeneuve, dont j’avais adoré Enemy, m’a une fois de plus bluffé.

Lire la suite

Parlons ciné : Captain Fantastic

Captain Fantastic : AfficheTitre : Captain Fantastic

Réalisateur : Matt Ross

Genre : Comédie dramatique

Nationalité : Américaine

Consigne du Movie Challenge : Un film feel-good

Cela fait maintenant quelques temps que je suis allée voir ce film, attirée dans la salle par l’affiche colorée et la superbe critique de Lily. Pourtant, même si les souvenirs ne sont plus aussi frais qu’à la sortie de la salle, je ne pouvais omettre de vous parler de cette petite pépite.

La famille de Ben et Leslie ne ressemble à aucune autre. En effet ils ont décidé d’élever leurs six enfants dans la forêt loin du monde moderne, de la société de consommation, des médias et de l’école. Lorsque Leslie meurt la petite communauté, meurtrie, est obligée de faire un pas dans le monde extérieur, l’occasion de remettre en cause cette étonnante éducation.

Lire la suite

Parlons ciné : Top 10 2016

Hello tout le monde,

Cet article a été écrit en janvier mais un problème technique m’a empêcher de le publier plus tôt. Une belle occasion de sortir ma phrase fétiche « Mieux vaut tard que jamais » !


Après avoir bouclé le Movie challenge 2016, je conclus cette année avec un retour sur les films qui m’ont le plus marquée en 2016. Je précise que ce ne sont pas spécialement des films sortis l’année dernière (très loin de là) car j’en ai vu assez peu en salle. Cependant ce début 2017 promet déjà un top beaucoup plus serré et actuel pour l’année prochaine 😉 !

Bilan global de l’année :

J’ai vu 48 films cette année ce qui est sûrement plus que les années précédentes. 2016 aura été plutôt fructueuse sur le plan cinématographique puisque j’ai vu beaucoup de bons films, bien que j’ai eu très peu de coups de cœur. Étonnamment j’ai vu assez peu de cinéma d’art et d’essai qui est pourtant un de mes genres préférés auquel j’espère consacrer plus de visionnages en 2017. En tout cas j’ai été ravie de m’atteler à l’exercice de la chronique ciné, mes critiques n’ont pas la pertinence que peuvent avoir celles de grands connaisseurs mais c’est toujours une bonne chose pour améliorer son esprit critique !

Voici donc mon top 10 des films qui m’ont marquée en 2016. Je précise que ce classement et totalement subjectif et que je serai ravie de connaitre le votre !

Numéro 10 : Ex Machina de Alex Garland (2015)

517724Caleb, un surdoué du codage informatique est sélectionné pour passer une semaine chez le patron du grand groupe pour lequel il travaille. Une fois arrivé sur place, c’est à dire dans une immense villa perdue au milieu des montagnes, il se rend compte que son boss n’est pas vraiment la personne la plus équilibrée du monde et que son boulot va consister à entraîner à la conversion une Intelligence Artificielle aux traits humains.

Bien que ce film pose des questions sur la technologie qui ont déjà été abordées ailleurs, il le fait avec beaucoup d’efficacité et je n’ai pas eu l’impression de voir une énième redite. Ce n’est néanmoins pas pour cette raison qu’il se retrouve dans ce top mais plutôt parce que ça fait du bien de voir un huis-clos réussi où la tension et le malaise sont faussement cachés derrière un décor paradisiaque.

Lire la suite

Parlons ciné : La La Land de Damien Chazelle

026810_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxTitre : La La Land

Réalisateur : Damien Chazelle

Genre : Comédie musicale

Nationalité : Américaine

Année de sortie : 2016/2017

Consigne du Movie Challenge : Voir une comédie musicale

Oui, je fais partie de ces personnes qui se sont ruées en salles pour voir La La Land dès sa sortie ! En même temps, une comédie musicale, aux airs de film des années 60, avec Ryan Gosling et par le réalisateur de Whiplash, je ne pouvais pas vraiment résister…

Je fais aussi partie de ces personnes qui pensent que la comédie musicale est un genre injustement mal-aimée aujourd’hui ! S’il en sort parfois des massacres (je suis encore traumatisée par la version américaine des Misérables) c’est souvent des concentrés de bonne humeur et décalage qui fait du bien. J’avais d’ailleurs inauguré le blog par un article sur Galavant, une série musicale complètement timbrée que vous devriez vous dépêcher de rattraper si vous ne voulez pas que je vous envoie brûler en enfer (oui, je peux faire ça).

Bref, je m’égare.

Dans La La Land on suit donc Mia qui désespère de devenir actrice et Sébastien qui rêve d’ouvrir son club de jazz. Ils sont tous les deux fascinés et un peu perdus dans Los Angeles, véritable mégapole du rêve, des paillettes et des désillusions…

Lire la suite